chronique


chronique

1. chronique [ krɔnik ] n. f.
• déb. XIIe; lat. chronica, du gr. khrônos « temps »
1(Généralt plur.) Recueil de faits historiques, rapportés dans l'ordre de leur succession. annales, histoire, 2. mémoires; chroniqueur (1o). Les chroniques de Froissart. Récit qui met en scène des personnages fictifs et réels et évoque des faits authentiques. « La Chronique des Pasquier », de Duhamel.
2(1690) L'ensemble des nouvelles qui circulent. bruit; fam. 1. cancan, potin. Chronique scandaleuse. Défrayer la chronique.
3(1812) Spécialt Article de journal ou de revue, émission de télévision ou de radio qui traite régulièrement d'un thème particulier. billet, courrier, nouvelle, rubrique; chroniqueur (2o). Une chronique musicale, judiciaire, politique. La chronique du langage.
chronique 2. chronique [ krɔnik ] adj.
• 1398; de 1. chronique
1(En parlant d'une maladie) Qui dure longtemps, se développe lentement (opposé à aigu). Maladie, affection chronique. Bronchite à l'état chronique.
2(En parlant d'une chose dommageable) Qui dure. Chômage chronique. Adv. CHRONIQUEMENT , 1835 .
⊗ CONTR. Temporaire.

chronique adjectif (bas latin chronicus) Se dit d'une maladie d'évolution lente et sans tendance à la guérison. Qui dure, persiste (en parlant d'un mal, d'un défaut) : Chômage chronique.chronique (synonymes) adjectif (bas latin chronicus) Qui dure, persiste (en parlant d'un mal, d'un défaut)
Synonymes :
Contraires :
- momentané
chronique nom féminin (latin chronica, du grec khronica biblia, les annales) Récit dans lequel les faits sont enregistrés dans l'ordre chronologique. Récit d'événements réels ou imaginaires qui suit l'ordre du temps : La chronique d'une famille au second Empire. Ensemble des nouvelles, des bruits qui circulent : Défrayer la chronique. Rubrique de presse écrite ou audiovisuelle d'un journaliste de renom sur des thèmes divers. Rubrique de presse écrite ou audiovisuelle consacrée à l'actualité dans un domaine particulier (chronique politique, théâtrale, sportive, judiciaire). Ensemble des valeurs qu'une variable statistique prend à différentes époques successives.

chronique
n. f.
d1./d Recueil de faits historiques rédigés suivant l'ordre chronologique. Les chroniques de Saint-Denis.
d2./d Ensemble des rumeurs qui circulent.
d3./d Article spécialisé qui rapporte les informations les plus récentes sur un sujet particulier. Chronique politique, sportive, financière.
————————
chronique
adj. MED Se dit des maladies qui ont perdu leur caractère aigu et durent longtemps, ou qui s'installent définitivement. Bronchite, rhumatismes chroniques.
|| Par ext. Chômage chronique.

I.
CHRONIQUE1, subst. fém.
A.— Recueil de faits historiques regroupés par époques et présentés selon leur déroulement chronologique. Anciennes chroniques; chroniques du Moyen Âge; les Chroniques de Froissart, de Saint-Denis. L'histoire grecque est un poème, l'histoire latine un tableau, l'histoire moderne une chronique (CHATEAUBRIAND, Essai sur la littérature anglaise, t. 2, 1836, p. 239) :
1. Le moine Raoul Glaber, dans sa chronique, signale comme le fait le plus considérable du onzième siècle le « renouvellement des basiliques ».
GUÉHENNO, Journal d'une « Révolution », 1937, p. 72.
Spéc. Histoire et généalogie d'une ancienne et noble famille. Les hauts faits militaires jalonnaient la chronique de cette souche princière (GRACQ, Le Rivage des Syrtes, 1951, p. 56).
P. métaph. :
2. Revenons à Paris et au quinzième siècle. Ce n'était pas alors seulement une belle ville; c'était une ville homogène, un produit architectural et historique du moyen âge, une chronique de pierre.
HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 158.
B.— P. ext.
1. Récit mettant en scène des personnages réels ou fictifs, tout en évoquant des faits sociaux et historiques authentiques, et en respectant l'ordre de leur déroulement. Les « Chroniques Italiennes » de Stendhal, la « Chronique des Pasquier » de G. Duhamel :
3. Ses romans [d'Anatole France], qui sont bien plutôt des chroniques (...) sont écrits dans le ton de l'ironie classique qui lui était une manière naturelle et comme instinctive de s'exprimer, ...
VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 35.
2. Ensemble de nouvelles vraies ou fausses, de propos souvent défavorables, qui se propagent en général oralement. La chronique galante, mondaine, scandaleuse, villageoise. Les plus habitués (...) à violer les convenances et à friser le scandale (...) se montrent les plus offensés si la chronique les effleure (SAINTE-BEUVE, Premiers lundis, t. 3, 1869, p. 269) :
4. ... elle avait la rue sous les yeux et y lisait du matin au soir, pour se désennuyer, à la façon des princes persans, la chronique quotidienne mais immémoriale de Combray, qu'elle commentait ensuite avec Françoise.
PROUST, Du côté de chez Swann, 1913, p. 52.
Défrayer la chronique. Occuper le centre des propos, des conversations. Ces événements défrayèrent la chronique pendant la semaine d'attention posthume que Paris accorde à ses comédiens ordinaires (DE VOGÜÉ, Les Morts qui parlent, 1899, p. 382).
3. Article de journal ou de revue, émission de radio ou de télévision, produits régulièrement et consacrés à des informations, des commentaires sur un sujet précis. Une chronique littéraire, politique, sportive. Soixante dollars par semaine et tu feras la chronique des expositions (SARTRE, La Mort dans l'âme, 1949, p. 11) :
5. ... M. Lanson, quand il fait toutes les quinzaines sa chronique dramatique et toutes les semaines sa chronique littéraire (...) n'a point épuisé toute la littérature et toute la documentation sur chacune de ces pièces (...) ni sur chacun de ces livres...
PÉGUY, L'Argent, 1913, p. 1188.
SYNT. Une chronique financière, judiciaire, théâtrale; chronique quotidienne, hebdomadaire; rédiger, publier une chronique.
Rem. 1. On rencontre chez Colette (Mes apprentissages, 1936, p. 123) le dimin. chroniquette, subst. fém. 2. On rencontre chez Balzac (Œuvres diverses, t. 1, 1850, p. 440) le néol. chronicomanie, subst. fém. au sens de « engouement excessif pour les recueils de chroniques ».
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1138 d'apr. BL.-W.5 [peut-être d'apr. GAIMAR, Estoire des Angles de 1138-40 qui est la 1re chronique mais qui ne porte que le titre de istoire]; ca 1213 queronique « recueil de faits historiques dans l'ordre de leur succession » (CALENDRE, Roman des Empereors de Rome, Rom. Stud., III, 97 ds T.-L.); 1243 cronike (Ph. MOUSKET, Chron., 2974 ds T.-L.); 1536 chronique (CALVIN, Institution, 909 ds LITTRÉ); 2. 1690 chronique scandaleuse « ensemble des nouvelles qui circulent sur les personnes » (FUR.); 3. 1812, 6 sept. un faiseur de chronique (JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 2, p. 299); 1834 une chronique littéraire (M. DE GUÉRIN, Correspondance, p. 142). Empr. au lat. impérial chronica, -orum (neutre plur. de l'adj. chronicus), lui-même empr. au gr. (s.-ent. ) « les annales ». Fréq. abs. littér. :628. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 737, b) 738; XXe s. : a) 904, b) 1 097.
DÉR. Chroniquer, verbe intrans., rare. Rédiger des chroniques pour un journal, une revue. Un de ces intrépides observateurs qui écrivent sous les balles, « chroniquent » sous les boulets, et pour lesquels tous les périls sont des bonnes fortunes (VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 11). Attesté ds Lar. 19e, Lar. Lang. fr., Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, GUÉRIN 1892, QUILLET 1965, ROB. Suppl. 1970. []. 1res attest. a) ca 1350 l'estorie croniquee « écrire en forme de chronique » (Entr. Esp., éd. A. Thomas, 48); 1440-75 chroniquer intrans. (G. CHASTELLAIN, Chron., IV, 100, Kerv., ibid.); b) XVIe s. trans. « écrire sur quelqu'un de manière défavorable » (Sotties, III, 64 ds HUG.); c) 1874 « écrire pour un journal » (VERNE, loc. cit.); de chronique, dés. -er. Fréq. abs. littér. : 1.
II.
⇒CHRONIQUE2, adj.
A.— MÉD. [En parlant d'une maladie] Dont les symptômes apparaissent lentement, qui dure longtemps et s'installe parfois définitivement. Affection, bronchite, maladie chronique. Anton. aigu. À une maladie chronique le moindre prétexte sert pour renaître (PROUST, La Prisonnière, 1922, p. 22) :
1. Quant à Chopin, Papet ne lui trouva plus aucun symptôme d'affection pulmonaire, mais seulement une petite affection chronique du larynx qu'il n'espéra pas guérir et dont il ne vit pas lieu à s'alarmer sérieusement.
SAND, Histoire de ma vie, t. 4, 1855, p. 446.
Spéc. Alcoolisme chronique. Ensemble de troubles caractérisant l'ingestion excessive et répétée de boissons alcoolisées. Une grave question, la part de responsabilité chez un meurtrier atteint d'alcoolisme chronique (ZOLA, Nana, 1880, p. 1371).
P. iron. Sa femme, atteinte d'une maladie chronique de nettoyage (MAUPASSANT, Contes et Nouvelles, t. 1, En famille, 1881, p. 342).
B.— Au fig. [En parlant d'une situation, d'un état d'esprit] Qui est établi depuis longtemps et se prolonge. Chômage chronique. Ce pauvre poète si nerveusement constitué, souvent vaporeux autant qu'une femme, dominé par une mélancolie chronique (BALZAC, Louis Lambert, 1832, p. 59) :
2. « Ce que cette sorte de perpétuelle menace pesant sur les hommes qui avaient la charge de gouverner, cet état presque chronique de crise, ces marchandages (...) auront pu coûter au pays est proprement incalculable ».
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, p. 264.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1740-1932. Étymol. et Hist. 1314 ulceres croniques (H. DE MONDEVILLE, La Chirurgie, 1526, éd. Ch. Bos, II, p. 56). Empr. au b. lat. chronicus, terme médical. Fréq. abs. littér. :223. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 229, b) 293; XXe s. : a) 325, b) 404.
DÉR. 1. Chronicité, subst. fém. État, caractère d'une maladie chronique. Les formes graves [de névralgie faciale] peuvent passer à la chronicité rendant la vie impossible au malade (QUILLET Méd. 1965, p. 365). Attesté ds tous les dict. gén. sauf Ac. 1798. []. Ds Ac. 1835-1932. 1re attest. 1835 (Ac.), de chronique, suff. -ité. Fréq. abs. littér. : 1. 2. Chroniquement, adv. D'une manière chronique. Tu n'es qu'un bon garçon gâté par l'oisiveté, pour l'instant, et, chroniquement, par l'alcool (G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Les Maîtres, 1937, p. 213). Attesté ds la plupart des dict. gén. sauf Ac. et DG. []. 1re attest. 1838 (Ac. Compl. 1842); de chronique, suff. -ment2. Fréq. abs. littér. : 3.

1. chronique [kʀɔnik] n. f.
ÉTYM. 1213; lat. chronica, -orum, grec khronika (biblia) « annales ».
1 Recueil de faits historiques, rapportés dans l'ordre de leur succession. Annales, histoire, mémoires, récit. || Les chroniques de Froissart, de Commynes.
Histoire d'une famille ancienne et noble. || Les chroniques de Louis XI, de Charles VIII.Spécialt. || Le Livre des Chroniques, dans l'Ancien Testament. Paralipomène.
1 Sous le nom d'histoire de l'Europe, je ne voyais qu'une collection de chroniques parallèles qui s'entremêlaient par endroits.
Valéry, Regards sur le monde actuel, Avant-propos, p. 14.
Récit qui met en scène des personnages réels ou fictifs et évoque des faits sociaux, historiques, authentiques. || Les Chroniques italiennes, de Stendhal.
2 Ensemble des nouvelles qui circulent sur les personnes. Bruit.(1690). || Chronique scandaleuse. Calomnie, cancan, médisance, ragot. — ☑ Défrayer la chronique : occuper le centre des propos. || Son absence prolongée a défrayé la chronique. || Chronique mondaine. Potin.REM. L'emploi au pluriel, dans ce sens, est archaïque.
2 Ces histoires de morts lamentables, tragiques,
Dont Paris tous les ans peut grossir ses chroniques.
Boileau, Satires, X, in Littré.
3 (…) la chronique scandaleuse de tous les consuls français.
Chateaubriand, Itinéraire…, 30, in Littré.
3 (1812). Cour. Article de journal ou de revue, émission de radio, de télévision, consacrés à certaines nouvelles et à leurs commentaires. Article, courrier, nouvelle. || Chronique artistique, théâtrale, littéraire, musicale. || Chronique politique, diplomatique, financière. || Chronique mondaine. || La chronique des tribunaux. || Chroniques judiciaires (→ Pitoyable, cit. 2.1).
4 J'ai été bien coupable d'attendre si longtemps de vous remercier du plaisir que m'ont fait vos belles chroniques.
Sainte-Beuve, Correspondance, t. I, 69, 31 mai 1829.
DÉR. 1. Chronique, chroniquer, chroniqueur.
————————
2. chronique [kʀɔnik] adj.
ÉTYM. XIVe; de 1. chronique.
1 Méd. Se dit de maladies qui durent longtemps et se développent lentement. Chronicité. || Maladie, affection chronique. || Entérite chronique. || Bronchite passée à l'état chronique. Invétéré.
1 (…) je trouve que votre fille a une maladie chronique et qu'elle peut péricliter si on ne lui donne du secours (…)
Molière, l'Amour médecin, II, 5.
2 Qui dure (en parlant de ce qui est dommageable, fâcheux). || Chômage, mévente chronique.
2 Ce que cette sorte de perpétuelle menace pesant sur les hommes qui avaient la charge de gouverner, cet état presque chronique de crise, ces marchandages (…) auront pu coûter au pays est proprement incalculable.
Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, p. 264, in T. L. F.
CONTR. Aigu.
DÉR. Chronicité, chroniquement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chronique — 1. (kro ni k ) s. f. 1°   Annales selon l ordre des temps, par opposition à histoire où les faits sont étudiés dans leurs causes et leurs suites. •   Je veux que la valeur de ses aïeux antiques Ait fourni de matière aux plus vieilles chroniques,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • chronique — CHRONIQUE. s. f. Histoire dressée suivant l ordre des temps. Vieille Chronique. Anciennes Chroniques. Chroniques de Saint Denis. [b]f♛/b] Il y a des mémoires de la vie de Louis XI qu on appelle Chroniquescandaleuse. Et on appelle figurément… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • chronique — CHRONIQUE. Histoire. On le dit ordinairement des anciennes histoires dressées suivant l ordre des temps. Vieille chronique. anciennes chroniques. chronique de Charlemagne. chronique scandaleuse. Au sens figuré, on appelle Chronique scandaleuse,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • -chronique — chronique, chronisme ♦ Groupes suffixaux, du gr. khrônos « temps » : anachronique, synchronisme. ⇒ chron(o) . chronique, chronisme ❖ ♦ Éléments, du grec khronos « temps », qui entrent dans la composition de nombreux mots, le plus souvent… …   Encyclopédie Universelle

  • Chronique — Chro nique , n. [F. See {Chronicle}.] A chronicle. L. Addison. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Chronique — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Chronique », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le mot chronique peut être employé… …   Wikipédia en Français

  • CHRONIQUE — s. f. Histoire rédigée suivant l ordre des temps. Il ne se dit guère que de Certaines histoires écrites anciennement. Vieille chronique. Anciennes chroniques. Chroniques de Saint Denis. Les chroniques du moyen âge. Fig. et fam., La chronique… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CHRONIQUE — adj. des deux genres T. de Médec. Il se dit Des maladies qui durent longtemps, et dont les symptômes ne se développent qu avec lenteur ; à la différence Des maladies aiguës, qui se terminent en peu de temps par la mort ou par la guérison. Ce n… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CHRONIQUE — adj. des deux genres T. de Médecine Qui dure longtemps et dont les symptômes ne se développent qu’avec lenteur, en parlant de certaines maladies. Ce n’est pas une maladie aiguë, c’est une maladie chronique. Affection chronique …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • chronique — f Article de journal ou de revue, émission de télévision ou de radio qui traite régulièrement d un thème particulier. Une chronique musicale, judiciaire, politique. La chronique du langage …   Le langage de la presse


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.